UIL

Institut de l'UNESCO pour l'apprentissage tout au long de la vie


Accueil

Conclusions du webinaire : « Les villes apprenantes se remettent de la COVID-19 : de la recherche à la pratique − Le défi de l'éducation au développement durable »

17 décembre 2020

Le 21 octobre 2020, l'Institut de l'UNESCO pour l'apprentissage tout au long de la vie (UIL), a organisé en collaboration avec l'Observatoire international PASCAL (Centre européen de l'Université de Glasgow), le quatrième d'une série de webinaires sur « Les villes apprenantes se remettent de la COVID-19 : de la recherche à la pratique ». L’accent y a été mis sur les défis de l'éducation au développement durable (EDD).

Discours d'ouverture et bienvenue

Les remarques liminaires ont été faites par M. Konstantinos Pagratis, spécialiste de programme de l'UIL, qui a présenté le modérateur de la session, M. Roberto Guevara, professeur associé à l'École internationale de développement des études mondiales, urbaines et sociales de l'Institut royal de technologie de Melbourne (RMIT) et directeur de l'Observatoire PASCAL pour l'Asie australe. M. Guevara a commencé par affirmer que, bien que de nombreuses écoles aient fermé leurs portes au plus fort de la crise de COVID-19, l'apprentissage ne s'est pas arrêté. S'appuyant sur les « quatre piliers de l'éducation »[1] de Delors, il a appelé à la reconnaissance d'un cinquième pilier : apprendre à vivre durablement. L'un des effets positifs de la pandémie est qu'elle nous a obligés à adopter l'apprentissage virtuel, intergénérationnel et communautaire, a-t-il déclaré, et ce webinaire s'appuiera sur cet apprentissage et sur son lien avec l'éducation au développement durable (EDD), en mettant particulièrement l'accent sur les liens entre la recherche et la pratique.

L'intervenant suivant, M. Raúl Valdés-Cotera, responsable d’équipe de l'unité Appui aux politiques et développement des capacités en matière d'apprentissage tout au long de la vie de l'UIL, a rappelé aux participants l'objectif de cette série de webinaires, à savoir donner l'occasion d'entendre des experts en éducation et de tirer des enseignements des exemples de meilleures pratiques. Il a rappelé à l'auditoire le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et ses 17 objectifs de développement durable (ODD), qui présentent des solutions intégrées aux défis mondiaux. Ce programme appelle la communauté éducative à intégrer les ODD à tous les niveaux et dans toutes les formes d'éducation, a-t-il déclaré. Il a également fait part des résultats de la Conférence internationale sur les villes apprenantes (ICLC 4) de 2019, à Medellín, en Colombie, qui a abouti à la mise en place de groupes thématiques pour les villes apprenantes, dont l'EDD fait partie, et que quelque 100 membres du Réseau GNLC (Global Network of Learning Cities) ont rejoints. Le pôle EDD partage informations, recherches et pratiques ; ses membres se fournissent un soutien mutuel et il a mis en place des actions clés pour promouvoir l'EDD au niveau local. M. Valdés-Cotera a encouragé les villes, y compris celles qui ne font pas actuellement partie du pôle EDD, à créer leurs propres plans d'action.

Division de l'éducation pour le développement durable, UNESCO

Ensuite, M. Alexander Leicht, chef de section de la Division de l'éducation pour le développement durable de l'UNESCO, a ouvert sa présentation en soulignant la nécessité de l'EDD pour contrecarrer le changement climatique et la perte de biodiversité. L'EDD, a-t-il expliqué, permet un type particulier d'apprentissage pour construire des connaissances, des compétences, des valeurs et des attitudes spécifiques. L’EDD requiert un programme d'études qui se concentre sur les compétences cognitives, sociales, émotionnelles et comportementales. L'EDD, a-t-il dit, ne doit pas seulement s’opérer au niveau individuel, elle nécessite une action politique.

M. Leicht a souligné l'importance des compétences de citoyenneté active et de la pleine participation aux processus politiques. Il a présenté le nouveau cadre de l'UNESCO, « L'éducation pour le développement durable : vers la réalisation des ODD », ou « L’EDD pour 2030 », pour lequel les villes et les parties prenantes des villes ont été sollicitées. Ce cadre définit la contribution spécifique de l'EDD aux ODD et l'appui que l'EDD peut fournir en établissant les liens qui existent entre les ODD. Il a défini cinq actions prioritaires à mener au niveau des politiques, des institutions, des enseignants et des éducateurs, des jeunes et, surtout, au niveau local et communautaire, pour faciliter l'adoption de l'EDD. Il a ensuite précisé les actions qui ont été proposées à partir de cette feuille de route, qui sera lancée prochainement par l'UNESCO. Entre autres actions, a-t-il déclaré, il est crucial de promouvoir l'action au niveau local et d'adopter une approche holistique de l'éducation qui implique de nombreux acteurs différents. Il a déclaré dans ses conclusions que, si les villes ont un rôle particulier à jouer dans la promotion de l'EDD, il est fondamental d'impliquer tous les groupes de la société.

Réseaux de villes apprenantes PASCAL (LCN)

Des allocutions de bienvenue au nom de l'Observatoire PASCAL ont été prononcées par Mme Michele Schweisfurth, professeur d'éducation comparative et internationale et Directrice du Robert Owen Centre for Educational Change à la School of Education de l'Université de Glasgow, et conseillère politique principale en éducation auprès du ministère du Développement international du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord. Elle s'est exprimée sur le thème de la COVID-19, de l'après COVID-19 et de l'accès, de la qualité et de l'inclusion en matière d’éducation, en soulignant la nécessité de « reconstruire en mieux » après les manques à apprendre, les réductions de financement public, les inégalités exacerbées et les « fausses nouvelles » véhiculées par la pandémie. Mme Schweisfurth a fait valoir que certains besoins et interventions sont spécifiquement éducatifs − par exemple, la remédiation et la garantie que l'enseignement est dispensé « au bon niveau »[2] − mais elle a fait remarquer qu'il existe un danger de réduire les programmes et d'étiqueter les apprenants. D'autres inventions, en revanche, nécessitent une approche plus holistique et intégrée. À titre d'illustration, elle a présenté le Centre for Sustainable, Healthy, and Learning Cities and Neighbourhoods (SHLC) [Centre pour des villes apprenantes et quartiers durables et sains] du Global Challenges Research Fund (GCRF), et a fait deux observations clés et posé deux questions spécifiques aux participants :

- Les villes durables dépendent d'une population résiliente et dotée des ressources qu'apportent la santé et l'apprentissage ;
- La santé et le bien-être, ainsi que les possibilités d'apprentissage tout au long de la vie, dépendent du développement de villes durables et des communautés qui y vivent ;
- Comment, alors, l'éducation, la santé et l'environnement créé peuvent-ils travailler ensemble pour soutenir des quartiers de toutes sortes ?
- Quel type de structures de gouvernance et d'agence communautaire facilite cela ?

Ville de Pékin

M. Dayong Yuan, de l'Académie des sciences de l'éducation de Pékin, République populaire de Chine, a fait une présentation au nom de la ville qui est membre du GNLC de l'UNESCO. Il a indiqué que Pékin a une longue histoire en matière d'EDD et qu’elle appelle à un changement de notre façon de penser et de parler de l'environnement. Il a affirmé que l'EDD exige un développement complet de l'apprentissage moral, intellectuel, physique, esthétique et lié au travail ; en conséquence, de nombreuses écoles sont découragées de l'intégrer dans leur programme d'études en raison de sa portée. Plus généralement, M. Yuan a parlé des défis de la mise en œuvre de l'EDD à Pékin, où la pollution atmosphérique et la COVID-19 constituent des défis et où l'équilibre entre le développement technologique et l'environnement est important.

Ville de Wyndham

Mme Diane Tabbagh, coordinatrice de l'apprentissage communautaire au conseil municipal de Wyndham, en Australie, a présenté la stratégie de la ville en matière de communauté d'apprentissage pour 2018-2023, qui implique plus de 50 partenaires et se concentre sur quatre priorités : (1) célébrer la vie et l'apprentissage à Wyndham ; (2) plaider pour l'équité et la qualité dans la prestation de services ; (3) faciliter les partenariats et la collaboration entre les secteurs ; et (4) encourager les solutions d'apprentissage innovantes et l'esprit d'entreprise. La ville, qui est membre du GNLC de l'UNESCO, ainsi que du LCN PASCAL, promeut l'EDD de plusieurs manières ; pour sa présentation, Mme Tabbagh a mis l'accent sur les initiatives d'apprentissage de la ville en matière de bibliothèques et d’activités communautaires. Parmi celles-ci figurent :

- des programmes menées par les bibliothèques, encourageant et promouvant la durabilité ;
- des activités et des séances de narration dans le cadre de la série « vie verte » axée sur l'environnement ;
- la semaine nationale du recyclage, qui comprend un concours pour les jeunes ;
- des activités pour les enfants, telles que la plantation d'un jardin propice aux abeilles et la construction de nichoirs, des fiches sur la faune et la flore, et des expériences et activités dans le cadre de la semaine des insectes et de la science.

En outre, Wyndham organise un concours « Young Scientist of Wyndham » (Jeune scientifique de Wyndham), un réseau environnemental pour les enseignants, une exposition sur l'environnement avec 20 exposants locaux qui fournissent inspiration et conseils pour une vie plus durable, et des activités facilitées par un financement du ministère de l'Environnement, des Terres, de l'Eau et de la Planification (DELWP) dans le cadre de l'initiative « Caring for Our Local Environment » (Préserver notre environnement local).

QUESTIONS ET RÉPONSES

Les questions et réponses ont été modérées par M. Guevara. Les participants ont posé un large éventail de questions, qui couvraient les sujets suivants

- Les processus formels autour de l'EDD, y compris le suivi et l'évaluation de l'EDD, le déploiement de l'EDD de l'UNESCO pour 2030, et les récentes mises à jour de l'UNESCO sur l'EDD ;
- L'intégration de l'EDD dans les programmes des différentes disciplines universitaires ;
- Les liens entre l'EDD et la COVID-19, avec un accent particulier sur les adultes, le rôle de l'EDD dans la facilitation de la transformation pendant la pandémie, et comment nous pourrions atténuer le défi des « manques à apprendre » causés par la pandémie ;
- Le rôle des connaissances autochtones dans l'EDD ; plus précisément, comment faire participer les populations autochtones sans mettre en péril leurs croyances et leurs cultures et ce que nous pouvons apprendre de ces groupes.

Après un résumé de M. Guevara, M. Michael Osborne, professeur d'éducation des adultes et d'apprentissage tout au long de la vie et directeur de recherche à l'École d'éducation de l'Université de Glasgow, Directeur du Centre de recherche et de développement en éducation des adultes et en apprentissage tout au long de la vie à l'École d'éducation et Co-directeur de l'Observatoire PASCAL sur la gestion du lieu, le capital social et l'apprentissage tout au long de la vie, a souligné, pour finir, trois derniers points tirés de la discussion. Premièrement, il a réitéré les remarques d'ouverture de M. Guevara sur la nécessité d'un cinquième pilier de l'apprentissage : l'éducation pour la durabilité. Deuxièmement, il a fait l'éloge des approches holistiques, non seulement entre les disciplines, mais qui accordent de la valeur à tous les êtres vivants. Enfin, il a appelé toutes les villes apprenantes à intégrer l'EDD dans leurs plans stratégiques.

Le résumé a été préparé par M. Mike Osborne, professeur d'éducation des adultes et d'apprentissage tout au long de la vie, directeur de recherche à la School of Education de l'université de Glasgow et directeur du PASCAL


[1] Le rapport Delors de 1996, intitulé L’Éducation : un trésor est caché dedans (Delors et al., 1996), voyait l'apprentissage comme un principe qui repose sur quatre piliers - apprendre à être, apprendre à connaître, apprendre à faire et apprendre à vivre ensemble - et envisageait une société de l'apprentissage dans laquelle chacun peut apprendre en fonction de ses besoins et de ses intérêts individuels, n'importe où et n'importe quand, sans restriction, de manière souple et constructive. Voir https://uil.unesco.org/fileadmin/keydocuments/LifelongLearning/en/UNESCOTechNotesLLL.pdf [consulté le 16 novembre 2020, en anglais]

 

[2] Voir Banerjee, A. et al. 2006. Mainstreaming d'une intervention efficace : Evidence from Randomized Evaluations of 'Teaching at the Right Level' in India. Disponible à l'adresse suivante : https://economics.mit.edu/files/16589 [consulté le 16 novembre 2020].